Rencontre avec Yann, pisteur-secouriste

Yann, pisteur-secouriste au Col d’Ornon dans la Vallée de l’Oisans, a testé les nouveaux skis Wedze, PATROL 95, durant toute la saison dernière. Rencontre avec un professionnel de la montagne, passionné par son métier et animé par son amour pour le ski. 

Jérémie & Marius - The Swiss Knives
Yann, pisteur-secouriste

Bonjour Yann, peux-tu nous en dire plus sur ton parcours en tant que skieur/pisteur ?

Comme tous les enfants de la vallée (Oisans) on m’a mis très tôt sur des skis, dès que j’ai su marcher. Ensuite j’ai fait un peu de ski club durant mon adolescence mais ça ne me plaisait pas vraiment mis à part quand le moniteur nous emmenait faire des itinéraires hors piste et qu’on essayait d’y repartir après avec les copains. C’est vraiment là que la mayonnaise à pris, quand on s’est mis à explorer les bords de piste puis de plus en plus loin entre copain. En tant que pisteur je n’ai pas un parcours très classique, c’est à la fin de mon master que j’ai décidé de passer mon diplôme de pisteur-secouriste en me disant que si je ne trouvais pas de boulot j’aurais toujours ça … au final, le hasard a bien fait les choses : la station du Col d’Ornon cherchait un pisteur au même moment où j’ai quitté mon boulot et depuis je suis toujours là-haut, c’est ma 4 ou 5ème saison !

Peux-tu nous parler de ton quotidien et ton rapport au ski ?

Être pisteur-secouriste dans ma petite station familiale, c’est être multi tâche ! Il y a deux secteurs sur la station, un plus adapté aux débutant et un autre plus pentu et avec une belle piste noire bien cossue. Depuis mon télésiège je vois l’Alpe d’Huez et tout son massif, j’ai une belle vue sur tout l’Oisans - mon fief en soit ! En dehors de mes heures de travail j’aime changer d’air et skier vers l’Alpe d’Huez ou La Grave. J’ai du mal à me défaire des remontées mécaniques, j’aime tellement skier et faire beaucoup de descentes que je suis très accro aux téléskis [rire]. En rando, par exemple, la descente est très brève je trouve ça frustrant. A la Grave, il y a une remontée qui t’emmène sur un domaine très sauvage où on peut trouver de belles lignes, c’est pratique et ça permet d’enchaîner les bonnes descentes. 

Yann, pisteur-secouriste

La journée vraiment parfaite c’est : un ciel bleu, un grand soleil, -10°, 40 cm de neige fraîche tombée la veille, pas de vent. 

Yann, pisteur-secouriste

DONC TA JOURNÉE IDÉALE DE SKI,
ÇA SERAIT QUOI ?

La journée vraiment parfaite c’est : un ciel bleu, un grand soleil, -10°, 40 cm de neige fraîche tombée la veille, pas de vent. Là c’est vraiment incroyable ! Si on ajoute à ça une bonne équipe avec qui on rigole bien, c’est le top. C’est vraiment ça ma vision du ski freeride : de la poudreuse, un sentiment de liberté, se gérer soi-même, choisir ses pentes et se régaler le plus possible entre copains. 
Pour moi, la montagne est un lieu de liberté facilement accessible (selon où on vit évidemment) grâce aux pistes mais le freeride a un petit truc en plus, c’est un peu l’aventure. Il faut gérer sa sécurité, son plan de neige et l’itinéraire puis surtout les plaisirs sont décuplés quand ils sont partagés et que tout le monde à la banane. 

Tout l’hiver tu as testé les Patrol 95, quel a été ton rôle dans leur développement ?

Je suis arrivé dans l’aventure pour la phase de test, mon rôle a été de tester les skis en conditions réelles pendant une longue durée. Il fallait être capable de skier beaucoup de jours sur une courte période et en tant que pisteur je dois passer environ 100 jours dans des chaussures de ski par hiver donc j’étais bien placé pour éprouver les PATROL 95. L’idée est de voir comment le ski vieillit et de donner son ressenti sur les skis montés tels qu’ils sont, c’est-à-dire tels qu’ils seront vendus.

Jérémie & Marius - The Swiss Knives
Jérémie & Marius - The Swiss Knives

 Du coup est-ce que tu peux nous en dire plus sur ces skis, les PATROL 95 ?

C’est un très bon ski polyvalent qui a une bonne accroche, la spatule est bien faite donc il déjauge correctement en poudreuse. Techniquement, il boucle très bien, varie dans les virages et est très maniable. Mais j’ai un peu menti en disant que j’ai testé le ski tel qu’il est, à vrai dire j’ai avancé la fixation … Je trouvais le centrage du ski pas optimal, trop en arrière donc je l’ai avancé. J’ai fait un retour à James (chef de produit) sur ce point et suite à plusieurs autres remarques le centrage a été avancé de 1cm avec deux autres repaires (-1cm pour plus de stabilité / +1cm pour plus de maniabilité) pour s’adapter à un maximum de skieurs. Mis à part ce point qui est désormais réglé c’est vraiment un bon ski de pisteur qui peut m’emmener dans toutes les conditions sans que je sois à la rue. Il n’y a pas besoin de s’embêter et d’avoir plusieurs paires, les PATROL 95 peuvent vous accompagner pour vos vacances, peu importe les conditions sur place vous n’aurez pas à vous poser de questions. Hors piste avec 20cm de neige, neige de printemps, lorsqu’il n’a pas neigé depuis longtemps, sur la piste, … c’est la paire qui passera partout sans difficulté. Quand j’en parle, j’aime dire que “c’est un bon petit ski” !

La parenthèse technique

Les skis de 2010 et avant étaient centrés très en arrière avec énormément de talon et beaucoup d’assise donc le talon répondait immédiatement. Aujourd’hui, le problème des skis modernes c’est qu’avec les rockers et les matériaux qu’on utilise, le ski est plus flex donc l’appui talon très différent. Pour maintenir mon positionnement sur ces skis là j’avance ma fixation. Ce n’est donc pas évident lors du centrage du ski d’arriver à plaire à tout le monde. Heureusement, on peut tres facilement la régler et trouver un centrage personnalisé. Ce constat nous a permis de souligner cette adaptabilité mais aussi l'avantage de vendre le ski nu.

Si on ne doit retenir une chose, c’est que c’est un ski polyvalent ?

Oui c’est ça ! C’est très dur de faire des skis polyvalents parce que dans mon quiver, j’ai une vingtaine de paire dont certaines très pointus et qui correspondent à telles ou telles conditions mais avec un ski polyvalent faut arriver à répondre justement à plusieurs conditions à la fois et donc plusieurs problèmes techniques.
Les PATROL 95 ne m’ont jamais lâché mis à part sur de la neige trafollée où c’était plus compliqué, ils ont du mal à tenir la route. Ce sont des skis qui ont été fait pour avoir un spectre d’utilisation le plus large possible alors c’est difficile qu’ils soient au top sous tous les spectres avec un niveau élevé mais c’est globalement le problème des skis polyvalents. Il faut retenir que dans mon travail de pisteur c’est un très bon ski, pour une personne qui ne veut pas se poser de questions le matin en allant skier c’est aussi un très bon ski, il est à la hauteur de tout ce qu’on attend de ce type de ski. 

Jérémie & Marius - The Swiss Knives
Jérémie & Marius - The Swiss Knives