Une aventure freeski au Japon avec Benoît, ambassadeur freeride Wedze

Vivre le rêve d’un trip au Japon, goûter à la poudreuse "champagne" est le rêve de tout freerider. Benoît est parti au pays du soleil levant qui, à l’image de la nouvelle gamme freeride, est aussi déconcertant… qu’excitant.

Pour quelqu’un qui aime le freeride, aller au Japon c’est comme pour un enfant se retrouver dans un magasin de jouets. C’est LA destination mythique, celle qui nous a toujours fait rêver, au travers de toutes les vidéos qu’on a vues et de tout ce qu’on dit sur la qualité de la poudreuse là-bas. “Quand je suis rentré de mon dernier trip en Nouvelle-Zélande en janvier 2018, je rêvais de repartir loin, mais en hiver” nous explique Benoît. “Avec mon meilleur ami et compagnon de ski Morgan, on s’est posé la question, et le Japon s’est rapidement imposé à nous”.

LE JAPON, UN RÊVE D’ENFANT

Qui dit Japon dit “matériel adapté”. La destination fait rêver mais les conditions d’enneigement sont souvent très au-dessus de la normale. Gros skis (comprenez larges au patin :-)) et vêtements parfaitement imperméables sont les pré-requis indispensables. L’opportunité de travailler avec Wedze s’est faite naturellement, chacun trouvant une parfaite occasion de vivre l’expérience jusqu’au bout. “Nous sommes dans un processus de co-conception. Pouvoir équiper Benoît pour son voyage nous permet de valider certains process sur le terrain” nous explique Pauline, responsable communication de la marque. “En plus, il est passionné, l’occasion était trop belle !”

Découvrir nos skis freerando avec les ambassadeurs freeride WEDZE

WEDZE ? Ce sont avant tout des passionnés de ski installés au pied du Mont Blanc. Conception, développement, tests des skis et des vêtements, ils vous accompagnent sur la neige tout l’hiver. Et pour eux, il n’y a rien de plus précieux que le retour d’expérience.

“L’échange était super intéressant : élevé sur des skis depuis ma plus tendre enfance, j’ai commencé à évoluer en freeride pour explorer de nouveaux terrains de jeu, puis je suis parti à la découverte d’espaces vierges en freerando. Je savais ce que je voulais emmener et on s’est tout de suite entendu” se réjouit Benoît.

Skis freerando FR 950 montés avec une paire de fixations low-tech équipées de stop-ski, bâtons et les chaussures de ski freeride/randonnée FR 900 : le choix était fait. Casque, masque, sac à dos avec dorsale intégrée, la panoplie était complète… idéale pour affronter le climat d’Hokkaido.

HOKKAIDO, OU LA MAGIE DE LA POUDREUSE JAPONAISE

Dès l’atterrissage sur l’île, la neige est présente, partout, en quantité. Sur les 4 jours à Sapporo où resterons Benoit et Morgan, les gros skis seront de sortie vu la quantité de neige. “Premier jour, nous montons à la station de ski de Sapporo Teine, les 3 jours suivants à Kokusai. La neige est démente, profonde, poudreuse, en surabondance, et comme les japonais ne sortent pas des pistes  (le freeride est interdit au Japon !), le terrain à explorer est immense. Nous passons nos journées à nous gaver de poudreuse, à plonger dedans pour tester l’étanchéité de la tenue, tout en répondant à des défis lancés sur les réseaux sociaux par nos amis et la communauté WEDZE. Un régal. Nous rentrons chaque soir épuisés et heureux”.

 

Quelques sessions après, direction le Sud-Ouest de l’île, là où se trouvent les stations les plus connues comme Niseko, Rusutsu ou Furano. Nos deux skieurs commencent à chercher quelques endroits plus sauvages à explorer en freerando, d’autant qu’ils étaient là avant tout le monde, 15 jours avant les vacances (celles des japonais, des américains, des australiens…) En bref, le Japon et sa neige de cinéma étaient tout à eux !

“A cet instant, dit Benoît, on se met en mode exploration : trouver une pente à gravir, rider la journée et trouver un hébergement une fois qu’on sera rassasiés... C’est le moment de sortir les skis de rando et de profiter d’une liberté totale dans un décor digne de nos plus beaux rêves. Pendant 3 jours, on a exploré le Mont Yotei, avec chaque jour une face différente et entre 1500 à 2000 m de dénivelé à chaque fois. Nous avons même vu le soleil ! Parce qu’il faut avouer que si la neige était aussi bonne et abondante, c’est bien parce qu’il a neigé pendant presque tout notre trip”.

 

Un autre critère n’était pas oublié : le froid ! Intense, très sec. C’est d’ailleurs bien pour cette raison que la neige est si bonne. “C’est là où j’ai vraiment pu apprécier la qualité des équipements WEDZE, nous explique Benoît. Je n’ai pas ressenti le froid lors de nos sorties, bien protégé par la tenue freeride. Et le ski, un vrai régal : un ski souple et léger à la montée, très maniable grâce à sa longueur, mais surtout très stable en descente, parfait pour charger dans la pente en toute confiance”.

DES CONDITIONS ET DU MATOS BLUFFANTS

Le Japon ne s’explique pas, ça se vit. Une neige abondante, légère, fine qui vous encourage à repousser vos limites et maîtriser indéfiniment votre glisse. Sur ce point, l’expérience fût concluante pour nos deux skieurs. “J’ai vraiment aimé la largeur au patin, son gros rocker avant et son large talon, nous explique Benoît. C’était vraiment adapté à la fois au terrain et à la neige incroyable qu’on a eue. En plus, je lui en ai fait voir de toutes les couleurs et autant côté fixation que côté ski, il a tout encaissé, pas de casse, et de supers sensations autant à la montée qu’à la descente, en toutes conditions. Le rocker était vraiment pratique même en montée parce qu’au Japon, quand tu fais la trace, tu la fais dans 50 ou 60 cm de poudreuse. C’est bien sympa d’avoir un ski qui déjauge en toute circonstances, c’est moins difficile à monter.”

Même sentiment positif pour Morgan, notamment sur la tenue : “Je crois que je n’ai jamais eu froid, sourit-il. Et le fait d’avoir une 2ème couche amovible, c’est parfait pour la rando : on l’enlève à la montée, on la remet à la descente. Et la solidité du pantalon. Je crois que c’est le premier pantalon de ski sur lequel j’arrive à ne pas avoir de coupures de carre.”

 

Ce rêve de gosse s’est terminé à Rusutsu dans des conditions… idylliques. La station devait être fermée, mais Benoît et Morgan, ne pouvant pas lire le japonais, ne le savaient pas. Ce qui leur a porté chance car la station a finalement ouvert à la dernière minute. Neige, soleil, gros skis… on devine le reste pour nos deux chanceux ;-)

 

Mata ne Japan*

 

* à bientôt le Japon

Cette belle aventure vous donne des idées, des envies ? N'hésitez pas à les partager en commentaires, à rêver et nous faire rêver de poudreuse. Mais avant de vous lancer, n'oubliez pas de rester en sécurité : ne partez jamais seul et pensez à vous former. Bon ride !
HAUT DE PAGE